Blog Quoi d’autre est possible

Blog Quoi d’autre est possible

Sur le blog Passionnémots (ici même), je rédige essentiellement des articles liés à la communication éditoriale, au marketing de contenu, au discours de marque, au storytelling – voire au récit de fiction, et aussi des interviews. Je partage aussi ma vision de l’entrepreneuriat, mais je m’autorise assez peu de digressions ou de fantaisie au sujet du développement personnel, de l’équilibre vie pro et vie perso, des hauts et bas qui rendent la vie chaotique et passionnante !

Quoi d’autre est possible… ?!

En 2019, j’ai eu envie de changement, et surtout envie de m’exprimer sur plus de sujets variés qui me tiennent à coeur. J’ai souvent eu la tentation de me disperser et j’ai testé pas mal d’options en termes d’activités plus ou moins créatives, plus ou moins lucratives. Toutes ces expériences m’ont beaucoup appris, m’ont enrichie au moins humainement et intellectuellement. Elles font partie de mon bagage, de mon parcours.

La question « Quoi d’autre est possible ? » est un des outils d’Access Consciousness que j’utilise chaque fois que je tourne en rond, que je me sens bloquée, limitée dans mes choix.

C’est donc naturellement le titre que j’ai choisi pour mon nouveau blog.

Un blog pour quoi ?

J’ai créé ce blog en 2019, j’y ai publié quelques articles… Mais je n’ai jamais (jusqu’à aujourd’hui) communiqué à ce sujet ! Alors pourquoi les avoir écrits ?

J’avais envie de contribuer, d’inspirer, de partager certains points de vue. Pourtant, j’ai eu PEUR du regard des autres, des jugements (autant positifs que négatifs) qui pourraient m’être adressés, de l’incompréhension et de la confusion qui pourrait interférer avec mon activité principale.

Alors j’ai fait ça discrètement, comme tant d’autres choses…

Pour vivre heureux, vivons cachés

Cette maxime a longtemps été ma devise. Est-ce aussi la tienne ?

Visibilité et contribution

Le problème, c’est que c’est difficile de contribuer à un avenir différent, plus humain, plus expansif, en restant cachée dans mon coin. Et surtout, ça manque de congruence : j’accompagne mes clients pour plus d’authenticité dans leur communication, je leur adresse des recommandations pour plus de visibilité et d’engagement, tandis que moi, je me cantonne dans l’ombre d’une image partielle, dans une toute petite partie de mon potentiel ?

Cela s’appelle de l’auto-sabotage, ou un manque d’affirmation, ou encore le symptôme du cordonnier le plus mal chaussé… Bref, peu importent les explications ou justifications, je choisis aujourd’hui de l’afficher et je t’invite à le lire :

Si tu as aussi des difficultés à faire voir et savoir ce que tu sais, ce que tu peux apporter aux autres, laisse un commentaire ou contacte-moi, nous pourrons échanger pour progresser.

Quels sont les freins pour bien communiquer ?

Quels sont les freins pour bien communiquer ?

Quels freins t’empêchent de bien communiquer ? Tu veux plus de visibilité, tu fais de ton mieux pour communiquer, tu essaies d’envoyer une newsletter de temps en temps, d’écrire quelques articles de blog quand tu as le temps. Tu postes sur les réseaux sociaux, tu t’efforces d’être vu un peu partout…

Au-delà de la stratégie éditoriale

Certes, il faut prendre en considération des aspects techniques et stratégiques pour une communication engageante :

  • définir une ligne éditoriale
  • établir un planning rédactionnel (et le respecter !)
  • maîtriser les outils de diffusion
  • fixer des objectifs
  • évaluer les résultats et réajustrer

Pourtant, même en appliquant la bonne méthodologie, tu te sens bloqué. En fait, la vraie question à te poser est celle-ci :

Qu’est-ce qui se cache derrière ce qui t’empêche de communiquer ?

Je vais te confier ce que je ne dis disais jamais : bien que ce soit mon métier, j’ai eu beaucoup de mal à communiquer efficacement. Pourquoi ?

Parce que je me rendais visible, mais je ne me montrais pas vraiment.

Authenticité et vulnérabilité

Je donnais des clés, des astuces pour bien communiquer. Je partageais des bonnes pratiques et j’expliquais les règles de l’art.

Tout ceci partait d’une belle intention : transmettre mes connaissances, faire valoir mes compétences, démontrer mon expertise. Ça restait très académique. Mais au fond, ce n’est pas ce qui compte.

Le plus important, c’est ce que ça représente : quels résultats j’aide à obtenir, et en quoi c’est important pour moi. La vérité, c’est que je suis aussi confrontée aux mêmes difficultés, aux mêmes défis que mes clients.

Malgré ma maîtrise des outils, ce n’est pas évident pour moi de raconter les hauts et les bas par lesquels je passe, comme tout le monde. Mes freins pour bien communiquer étaient peut-être les tiens aujourd’hui :

  • As-tu déjà ressenti de la gêne à reconnaître une réussite ou un échec, par peur du regard des autres ?
  • T’es-tu déjà senti mal à l’aise à l’idée d’attirer l’attention ?
  • Te juges-tu légitime ou non ?
  • Prends-tu ta place ou attends-tu qu’on te l’attribue ?

Pendant plusieurs années, je n’ai pas osé complètement me donner les moyens de mon ambition, parce que je me trouvais prétentieuse. Alors, je restais timidement sur le fond de la scène, un pas en avant, un pas en arrière, deux pas sur le côté…

De déclic en déclic

La vie est bien faite pour mettre sur notre chemin les obstacles mais aussi les rencontres qui nous aideront à franchir un cap majeur. Et l’entrepreneuriat est un excellent terrain pour ça !

Sur mon parcours depuis la création de Passionnémots, il y a eu 3 étapes cruciales :

  • le développement personnel : les livres, les vidéos, les premiers coachings, les prises de conscience
  • la prise de parole en public : le club Toastmasters, les concours de discours, les conférences
  • les processus énergétiques : l’EFT d’abord, puis Access Consciousness principalement

Aujourd’hui, je suis plus affirmée dans mes choix, j’assume mieux mon positionnement et ma singularité. Et grâce à tout ce que j’ai appris et expérimenté, je peux t’accompagner pour surmonter les blocages et lever les freins qui t’empêchent de mieux communiquer, non seulement en termes de stratégie et de techniques (les savoir-faire) mais aussi en termes de posture et de confiance (les savoir-être).

Si tu veux en savoir plus et découvrir comment, je t’invite à prendre RDV pour une session stratégique gratuite. Nous ferons un bilan de ta situation et nous verrons en quoi je peux t’aider le cas échéant.

Bien s’organiser pour mieux communiquer

Bien s’organiser pour mieux communiquer

Me voilà devant mon écran, et… Je ne sais pas quoi publier aujourd’hui ! Les idées de contenu ne manquent pourtant pas, les thèmes à traiter sont nombreux. Mais je sèche, comme si j’avais oublié tout ce que je voulais partager Ça t’est déjà arrivé ? D’où l’importance de bien s’organiser pour mieux communiquer (c’est-à-dire plus facilement, plus efficacement). 


Une ligne éditoriale bien définie 

D’abord, il faut être au clair sur le discours de marque et les messages à faire passer : parler de l’offre, un peu, bien sûr, mais surtout de ce qui préoccupe les clients.

  • Quels sont les problèmes que j’aide à résoudre ?
  • Quelles sont les attentes et les besoins de mon audience ?

Cela suppose évidemment de savoir à qui je m’adresse et pour quoi !…

Partant de là, les 2 mots d’ordre sur lesquels concentrer la créativité sont : cohérence et pertinence.

  • par rapport à la marque : adopter une ligne éditoriale permet de définir les points clés de la marque à mettre en avant et sur lesquels communiquer régulièrement, qui font sens avec l’offre de l’entreprise et la demande du marché cible
  • par rapport à la cible : la ligne éditoriale reflète les centres d’intérêt de l’audience visée, ses problématiques, ses désirs, en adéquation avec les solutions que l’entreprise peut délivrer, là où elle se différencie. 

Tout ça, tu le sais déjà, tu l’as déjà lu… Est-ce que c’est bien clair pour autant ?

Lorsque j’accompagne mes clients, j’ai parfois l’impression que malgré l’évidence de ces conseils, ils ne sont pas appliqués. Pourquoi ?

  • Par manque de recul 
  • À cause de la confusion des idées
  • À cause de la dispersion des messages et des actions 
  • Parce que c’est plus facile à dire qu’à faire !

Mon métier consiste donc à explorer toute la matière disponible, et à en tirer les bons filons, en extraire les pépites. Je mets en relief les messages phares à diffuser, et je constitue pour mon client une banque d’idées qui facilite l’étape suivante.

Rien qu’avec ce premier niveau de débriefing, tu peux gagner en clarté, comme Véronique et Marie-Ange :

« Nous n’avions pas autant pris conscience de ce qui faisait nos richesses et notre différence sur la place »

Un Instant pour Demain (Salon de Provence)

Un planning rédactionnel bien établi 

Pour que la communication éditoriale soit efficiente, il faut qu’elle soit fréquente. Le marché est saturé d’informations, de sollicitations en tout genre. La confiance se gagne dans la durée et la régularité. C’est donc important de planifier les rendez-vous que l’on se donne avec notre audience, de manière à ne pas se laisser prendre de court par toutes les autres tâches à faire dans la gestion de l’entreprise.

Concrètement, il faut établir le planning éditorial en se calant sur le calendrier commercial et institutionnel de l’entreprise :

  • Y a-t-il des événements majeurs dans l’année (salons, anniversaire, etc.) ?
  • Y a-t-il une saisonnalité de l’activité ? 
  • Quelles sont les dates butoirs de l’entreprise, des clients ou des partenaires phares ?

Ceci posé, il est possible de réfléchir en termes de rétroplanning : en fonction des cibles et des canaux de communication adéquats (réseaux sociaux, newsletter, relations presse…), anticiper les délais nécessaires et prévoir le démarrage des campagnes de communication ciblées. Dès maintenant, réserve des blocs de temps dans ton agenda pour te consacrer à la rédaction, la recherche de visuels, l’optimisation et la diffusion des contenus, sans oublier le reporting (mieux vaut vérifier les résultats des actions menées, en comparaison des objectifs fixés).

Si tout ce process te semble compliqué, je peux t’aider à t’organiser. Je précise qu’un planning rédactionnel n’est pas figé, et n’entrave en rien ta créativité. C’est un outil flexible qui s’adapte à l’actualité. C’est surtout un fil rouge, un garde-fou, qui t’évitera les crises de panique pour maintenir une communication engageante avec ton audience en toute saison.

Des outils pour se simplifier la vie

Une fois que tu as mené la réflexion sur la stratégie éditoriale, tu peux encore améliorer ta productivité en utilisant quelques outils malins, notamment les plugins de partage ou un planificateur de contenu. Cet aspect un peu plus technique fera l’objet d’un prochain article…

En attendant, dis-moi en commentaire comment tu planifies ta communication, si tout est clair dans ta stratégie éditoriale et quels aspects de la réflexion ou de la mise en œuvre te semblent les plus délicats. Je serai heureuse de te lire, et d’apporter plus d’informations utiles sur ce blog le cas échéant.

C’est quoi le DEFI Mieux Communiquer ?

C’est quoi le DEFI Mieux Communiquer ?

En avril 2019, j’ai lancé aux solopreneurs un Défi Mieux communiquer : 

Comment et sur quoi communiquer efficacement
sans y passer trop de temps 
pour développer ton entreprise et te consacrer à ton coeur de métier ?

Mon intention première était de partager pendant deux semaines des pratiques et des outils pour faciliter tes actions de communication, et te permettre d’adopter une stratégie optimisée, efficace, la moins chronophage possible.

Un groupe Facebook fermé 

J’ai donc créé un groupe fermé sur Facebook, dans lequel j’ai abordé en vidéo live :

– l’état des lieux de la communication,

– le bon usage des réseaux sociaux physiques et digitaux,

– la notion de communauté et d’engagement,

– et les indicateurs utiles pour évaluer la performance des actions mises en place.

Depuis, le DEFI Mieux communiquer a évolué en un groupe de réflexion, d’astuces et d’entraide, destiné aux solopreneurs dans les métiers du bien-être, du tourisme, de la formation et du conseil aux entreprises (liste non exhaustive). Tu y es bienvenu si tu souhaites rejoindre le groupe. Il te suffit de répondre aux 3 questions d’introduction pour valider ton inscription. Je t’y accueillerai avec grand plaisir !

J’y anime chaque semaine le Live du Lundi à 13H, où je donne des conseils sur des thèmes en lien avec la communication engageante. Je réponds aussi en direct aux questions des membres. Toutes les vidéos restent disponibles en rediffusion, accessibles 24/24. Elles peuvent être sources d’inspiration pour toi si tu cherches à optimiser ton plan de communication.

A travers ce groupe, je souhaite contribuer à plus d’efficacité et de performance dans tes actions de communication. La finalité pour toi est bien sûr d’avoir plus de clients, plus facilement. La réussite de ton entreprise marque la reconnaissance de ton expertise et de ton identité d’entrepreneur. Elle te permet de gagner un revenu décent et croissant, et d’éprouver la satisfaction d’exercer ton métier en toute sérénité. 

Une méthode pour mieux communiquer

DEFI en majuscules est aussi l’acronyme de la méthode que j’applique pour établir une stratégie de communication engageante

D : Démultiplier les supports 

Une des ressources principales du solopreneur, c’est le temps ! Tu peux en gagner en optimisant la manière de décliner et diffuser tes messages. Pour cela, tu dois avoir de le réflexe de partager et recycler tes contenus, ce qui te permet d’augmenter ta visibilité. Un article de blog, par exemple, fera aussi l’objet d’un post sur les réseaux sociaux, adapté à l’audience que tu souhaites toucher. Tu pourras inviter les abonnés de ta newsletter à le consulter, en mettant l’accent sur un point particulier qui y est développé. Plus tu créeras de l’intérêt pour ton article, plus tu as de chance d’augmenter le trafic sur ton site, et tout ce qui s’ensuit.

E : Engager l’audience

Retenir l’attention des personnes que tu souhaites toucher est le premier objectif à atteindre. Ce n’est pas suffisant. Le but est d’impliquer ton prospect à aller plus loin. Seulement, pour obtenir son adhésion, c’est mieux si tu crées une relation de confiance. Tu lui apportes des informations utiles qui répondent à ses préoccupations et tu lui demandes une petite action supplémentaire qui valide son intérêt : il télécharge un cadeau, il répond à un sondage, il s’abonne à ta chaîne YouTube ou il like ta page Facebook. 

F : Fidéliser la communauté

Une fois que tu as le contact, il faut entretenir la confiance. « De la reconnaissance à la préférence » résume le défi que tu t’apprêtes à relever. Dans ce cheminement, tu continues d’apporter de l’information utile, en lien à la fois avec ton métier et avec ta spécificité. Tu dévoiles qui tu es, tes valeurs, ton parcours. En fait, tu joues à la fois la carte de l’empathie et de la sympathie avec ton (futur) client : tu lui montres que tu le comprends et que tu peux l’aider ; tu lui donnes les meilleures raisons de te solliciter plutôt qu’une autre entreprise, parce qu’il y aura une résonance particulière entre vous. C’est ce qui s’instaure avec une communication régulière, cohérente et pertinente.

I : Impacter le public

Si tu es comme les entrepreneurs que j’accompagne, tu cherches non seulement à faire grandir ton entreprise, mais également à faire une différence sur ton marché, dans la vie de tes clients. C’est souvent là où se trouvent bloqués de nombreux entrepreneurs (y compris moi !). Les principaux freins et obstacles se nomment : manque de confiance ou d’estime de soi, peur de l’échec ou de la réussite, et se traduisent par la confusion, la dispersion, la procrastination. D’où la pertinence d’un accompagnement sur mesure pour déblayer ces croyances et définir un plan de communication ambitieux réaliste. 

C’est selon moi le point le plus important du DEFI, où j’utilise des outils moins traditionnels (énergétiques avec Access Consciousness, relationnels avec la Communication Non Violente, entre autres) pour t’aider à te développer.

Prochainement, une formation en ligne 

Si tu es intéressé d’en savoir plus, je proposerai début février un webinaire (une masterclasse) : abonne-toi à l’infolettre Passionnémots (hebdomadaire) pour recevoir les actualités.

Une vision entrepreneuriale à 25 ans

Une vision entrepreneuriale à 25 ans

Ce que j’aime avec l’entrepreneuriat, c’est que ça bouge tout le temps ! En même temps, garder le cap est un vrai défi… Un coach que j’apprécie particulièrement, Nicolas Gétin, fondateur du groupe Feu sacré et business de ouf, conseille d’établir une vision entrepreneuriale à 25 ans pour fixer des objectifs quotidiens intelligents (en résumé ultra-raccourci et paradoxal !).

➡️ Tu veux voir si ça peut fonctionner pour toi ? Lis la suite pour comprendre la démarche, et laisse un commentaire pour partager tes remarques, ressentis, prises de conscience, résolutions, etc. 

Avec les processus d’Access Consciousness®, j’avais déjà l’habitude de me poser la question « Comment sera ma vie dans 5 ans si je fais tel ou tel choix ? » Le fait de me projeter dans un avenir éloigné me permet de percevoir l’enjeu de mes décisions, et ainsi de m’engager avec une plus grande conscience de ce que je vais créer. 

Là, c’est un peu différent : je n’évalue pas mon action de l’instant à l’aune de ce que sera mon futur, mais je pars bien du futur que je désire pour revenir créer mon présent.

Passionnémots dans 25 ans ?

Franchement, je ne sais pas où je serai concrètement dans 25 ans. Ce que je sais en revanche, c’est où j’ai envie d’aller… Il n’y a pas une « bonne manière » de faire l’exercice. Ce qui compte, c’est de te connecter à ce qui t’attire, ce qui t’appelle.

En ce qui me concerne, je suis auteure entrepreneure. Je rêve :

– de publier de nouveaux romans,
– de devenir également conférencière,
– d’inspirer les auteurs dans l’âme à écrire leur premier livre.

Je m’organise donc dans cette perspective et j’aménage mes activités en fonction de ces objectifs : créneaux d’écriture en bibliothèque, assiduité dans mon club Toastmasters, par exemple.

En parallèle, je continue d’accompagner mes clients solopreneurs, dirigeants de TPE, pour se faire connaître, reconnaître et préférer auprès de leur clientèle. Concrètement, en tant que facilitatrice en communication engageante, je développerai toujours plus :

– de formations personnalisées,
– de sessions à mi-chemin entre consulting et coaching,
– d’ateliers et de conférences favorisant l’intelligence collective et l’émulation bienveillante.

De la vision au plan d’action

Pour que ça donne des résultats, bien sûr, je n’en reste pas là. Poser des intentions n’est que la première étape.

Les intégrer mentalement et par les 5 sens permet d’en tirer l’énergie. Ensuite, j’ai besoin d’une feuille de route pour savoir au jour le jour comment avancer vers mon but. Ça demande de l’exigence, de la détermination, de la constance et de la persévérance. Ce sont des qualités que je muscle ! Je m’entraîne, parce que je suis loin d’être une championne dans toutes ces catégories.

Ecrire chaque jour est non négociable. Quoi qu’il arrive, je réserve au moins une heure chaque matin à la rédaction de mon prochain roman. Parfois, pas une ligne ne vient. Mais je note les idées, les commentaires à la relecture des passages précédents. J’affine la structure, j’étoffe ou j’élague quand c’est nécessaire. Je creuse la documentation. Et si je n’arrive pas à rédiger le roman, alors j’écris mes ressentis, mes blocages, mes questions, mes frustrations. Je pratique l’écriture dans tous les cas, sous quelque forme que ce soit.

Servir mes clients est une exigence absolue également. J’honore les contrats en cours, évidemment. J’anticipe aussi les besoins et les attentes à venir, je crée du contenu à offrir à ma communauté (membres des groupes privés que j’anime, abonnés à mes newsletters, adhérents des réseaux où j’interviens…). Je prends du recul régulièrement, sans tout remettre en question perpétuellement.

Pour prospérer et durer, je me forme constamment et je prospecte assidûment :

– Je planifie (sur le calendrier et dans mon budget !) des créneaux pour suivre des classes en ligne, parfois en présentiel. Je retiens celles qui sont pertinentes par rapport à mes compétences clés, celles qui me permettront d’exceller dans mon métier.

– J’ai adopté la stratégie 3/3/3 que j’ai retenue dans Riches et influentes. Chaque jour, ça consiste à envoyer 3 emails de connexion, poster 3 publications ou commentaires sur les réseaux, appeler 3 prospects ou partenaires. Pour moi, pour le moment, c’est plutôt du 2/2/2, parfois même du 1/1/1… J’ai quand même l’intention de progresser vers le 3/3/3 !

Concrètement, en termes de plan d’action, ça donne un emploi du temps hebdomadaire avec des actions récurrentes pensées au trimestre (90 jours). C’est une durée nécessaire et suffisante pour évaluer les résultats des actions engagées et réajuster le plan en fonction de ces données. Je mesure mes résultats sur 3 critères :

– l’atteinte des objectifs fixés,
– le retour sur investissement,
– la joie éprouvée.

Tu sais tout de ma vision entrepreneuriale à 25 ans ! J’espère que ça t’aide à faire de même. Sincèrement, ce que je partage dans cet article est une profession de foi. Cette démarche visionnaire est assez récente pour moi. Je ne l’ai découverte et appliquée que depuis 6 mois. Elle a provoqué de sacrées prises de conscience.

Je serai heureuse de lire ce que cet article a ouvert comme perspectives pour toi, si ça t’a éclairé, ce que tu en retiens. Les commentaires sont à toi !