SEO ou Stratégie Éditoriale Osée

SEO ou Stratégie Éditoriale Osée

Aujourd’hui, c’est férié, c’est récré 😉 Jouons avec les acronymes ! Que signifie SEO ?

SEO pour Search Engine Optimization

En français, cela signifie optimisation pour les moteurs de recherche. C’est la façon de concevoir vos contenus éditoriaux en plaçant les mots-clés et liens pertinents de façon à apparaître dans les premières pages de Google et autres.

[Aparté] Personnellement, je recommande le moteur de recherche solidaire Lilo, qui permet de contribuer gratuitement à des projets sociaux et environnementaux.

Donc, l’idée est de rédiger des pages et des articles efficaces et pertinents pour que les robots reconnaissent et indexent le contenu publié. Ainsi, ils classent votre site parmi les meilleurs résultats de recherche.

Et si nous adoptions une Stratégie Éditoriale Osée ?

Que se passerait-il en termes de notoriété si nous privilégiions une stratégie éditoriale authentique ? Oser l’originalité pour nous démarquer. Aller au-delà du référencement naturel. Aborder les sujets de manière décalée.

Parfois, trancher par rapport aux codes du marché, sortir de la boîte conditionnée, permet plus de créativité mais aussi une plus grande proximité avec notre public idéal. Adoptons donc une stratégie éditoriale osée et jouons avec les usages (tout en restant cohérent et pertinent) afin de déployer une communication à plus haute valeur humaine ajoutée.

Cet article vous fait réagir ? Partagez votre point de vue dans les commentaires !

Les supports de communication digitale

Les supports de communication digitale

Les supports de communication digitale sont nombreux ! Lesquels sont les plus performants ? Comme toujours, tout dépend de votre activité et de votre public. C’est ce que nous voyons ensemble lors des ateliers (cf. l’article du 19/04/2018).

Pour vous donner quelques pistes, refaisons un tour d’horizon des supports de communication web…

Sauriez-vous citer les différents supports de communication digitale ?

  • En premier lieu, le site internet évidemment
  • Associé à celui-ci, le blog éventuellement
  • Pour fidéliser l’audience, une newsletter
  • Incontournables, les réseaux sociaux à dominante : éditoriale comme Facebook, Twitter ou LinkedIn, graphique tels qu’Instagram et Pinterest, ou vidéo sur YouTube
  • La curation de contenu également (cf. article « La curation de contenu ou l’intelligence stratégique»)
  • Les plateformes collaboratives comme Medium, Slideshare…
  • Les options de notification…

Comment définir votre stratégie de communication digitale ?

Dans ce vaste choix des possibles, comment sélectionner les supports efficients pour assurer la visibilité de votre entreprise auprès de votre clientèle potentielle ?

Gardez en tête les principes fondamentaux :

  • Une communication engageante a pour objectif de générer des interactions. C’est-à-dire créer et entretenir un lien de qualité avec la communauté visée. Cela se mesure objectivement par des indicateurs clés qui permette à la fois de quantifier, de qualifier et d’optimiser la stratégie de contenu.
  • Il est donc important de mettre en place un marketing de contenus indexés. Vous devez concevoir vos supports de communication digitale en intégrant d’une part les mots clés pour attirer , et d’autre part la traçabilité (pixel par exemple) afin de suivre votre trafic .

Ainsi, vous aurez une idée plus précise des comportements de votre audience et donc une meilleure connaissance de votre communauté.

Vous aimeriez aller plus loin ? Pour connaître les dates des prochains ateliers sur ce thème et bien d’autres, abonnez-vous à l’infolettre mensuelle de Passionnémots.

Storytelling, copywriting, UX writing : c’est quoi la différence ?

Storytelling, copywriting, UX writing : c’est quoi la différence ?

Storytelling, copywriting et UX writing ont 2 points communs : ce sont des anglicismes et ils désignent des méthodes de communication éditoriale. Plutôt que vous donner une traduction ou une définition, je vous propose une métaphore.

Ces 3 techniques complémentaires peuvent être analysées comme l’écosystème du 7e Art :

Le copywriting, c’est l’affiche de cinéma

Le copywriting, c’est l’art de persuader, la rédaction publicitaire par excellence. Une offre irrésistible, ou « offre persuasive renforcée » (cf. l’interview de Karim Galleze) s’appuie sur une structure éprouvée. Elle active des leviers performants pour engager à l’action, comme l’urgence et la preuve sociale entre autres.

À l’instar d’une belle affiche de cinéma, une page de vente parfaitement copywritée est magnétique, voire hypnotique. Elle donne l’impression qu’on ne veut absolument pas passer à côté de l’offre.

Le storytelling, c’est le grand écran

Le storytelling, ou communication narrative, correspond à l’histoire qui est racontée : celle de la marque d’une part, et celle de l’expérience client d’autre part. Pour qu’elle fonctionne, elle s’axe sur le héros et sa quête (je vous prépare une formation en ligne pour 2019). Elle inclut les péripéties, les rebondissements, qui tiennent en haleine. Cette technique est très complémentaire de la première.

Comme au cinéma, l’histoire doit alimenter la promesse de l’affiche. Le storytelling permet de faire vibrer les émotions et donc de retenir l’attention. Cela facilite l’adhésion de vos clients.

L’UX writing, c’est la salle de cinéma

L’UX writing a plus vocation à créer l’ambiance de la salle de cinéma. Le spectateur doit s’y sentir confortable, n’est-ce pas ? La rédaction web centrée utilisateur est donc optimisée pour l’expérience client : ciblée, concise, lisible, précise. Elle s’articule autour des titres accroches, des paragraphes courts, des puces promesses…

Le tout combiné permet d’offrir au public des contenus éditoriaux engageants. Intégrez l’authenticité d’une communication à valeur humaine ajoutée et vous donnerez à votre audience un avant-goût de ce que vous leur offrez.

Vous avez envie d’en savoir plus ? Vous aimeriez découvrir comment cela peut s’appliquer pour votre marque ? Contactez-moi pour un entretien découverte. Pensez également à laisser un commentaire ci-dessous pour partager votre vision.

À quoi sert la charte éditoriale ?

À quoi sert la charte éditoriale ?

Rédiger une charte éditoriale avant de créer votre site web vous permettra d’avoir toujours sous la main un référentiel pour assurer la cohérence de votre communication, et d’avoir un réservoir d’inspiration également pour créer vos contenus.

Les risques de négliger la charte éditoriale

Vous avez la conviction qu’un site internet est indispensable pour développer votre entreprise, et vous avez raison. Aujourd’hui, la majorité des clients cherchent de l’information sur la marque en ligne avant d’acheter. Donc, vous avez l’idée, puisque vous avez l’offre… Et vous passez à la réalisation, soit par vous-même soit en confiant la mission à un prestataire.

Vous pensez présenter qui vous êtes et ce que vous offrez. Vous rédigez ou faites rédiger les pages web sur cette base. Veillez bien à éviter deux écueils :

  1. Parler de votre marque sans vous mettre à la place de votre client. Comment le toucher ? Comment se reconnaîtra-t-il dans vos contenus ?
  2. Penser à court terme, et ne pas faire vivre votre site. Que publierez-vous régulièrement ? Comment actualiserez-vous vos contenus ?

La charte rédactionnelle, référentiel de votre stratégie éditoriale

La charte rédactionnelle pose les jalons nécessaires à la conception de votre site et votre marketing de contenu. Vous y recenserez :

  • La ligne éditoriale, pour assurer la cohérence de votre communication : vous définissez ce dont vous parlez et comment vous organisez vos supports et vos contenus.
  • Les mots-clés, pour constituer votre cocon sémantique: c’est utile autant pour la rédaction des pages du site que pour l’inspiration d’articles de blog.
  • Le ton et le style rédactionnels, pour créer une identité et un discours de marque reconnaissable : vous personnalisez votre communication en privilégiant un certain type de vocabulaire, une façon de vous adresser à votre audience, une ambiance, etc.
  • Les processus de conception, pour cadrer et pérenniser votre communication : posez noir sur blanc les moyens et les ressources dont vous disposez, les échéances à respecter, les responsabilités des uns et des autres le cas échéant.

Grâce à la charte éditoriale, vous vous assurez de meilleures chances de communiquer efficacement et régulièrement.

  • Le bénéfice premier est que vous gagnerez plus rapidement en visibilité et en notoriété, grâce à une forte cohérence de votre image de votre marque.
  • Le bénéfice secondaire est que vous gagnerez également en sérénité pour gérer la communication parmi l’ensemble de vos responsabilités d’entrepreneur chef d’orchestre.

Alors, qu’en est-il pour vous ? Cette démarche vous semble-t-elle pertinente et profitable ?
Avez-vous mené cette réflexion et établi une charte éditoriale ?

Partagez votre expérience et vos questions dans les commentaires ci-dessous… Je serai heureuse d’échanger avec vous.

 

Image et langage de marque

Image et langage de marque

L’image de marque se crée à partir de tout ce qui compose l’univers de votre marque. Le mot « image » évoque surtout l’aspect graphique, l’ambiance visuelle. Elle est pourtant également véhiculée par le discours. Le langage de marque constitue un référentiel indispensable dans l’élaboration de la communication.

Le langage de marque est partie intégrante de son identité

De la même façon qu’on repère facilement la marque à des couleurs, on l’identifie aussi à son langage. Au-delà du slogan ou baseline qui en est le leitmotiv, la manière de présenter l’entreprise et l’offre crée une accordance, une résonance avec votre communauté. Le discours de marque dit ce que vous faites et comment vous le faites. Il reflète l’état d’esprit, la personnalité, la finalité de l’entreprise.

La communication éditoriale l’ancre et le pérennise, puisque c’est le vecteur privilégié du discours. « Les paroles s’envolent, les écrits restent », comme le rappelle l’adage. Aussi, il est important d’instaurer une certaine régularité et une vraie cohérence. Il s’agit d’adopter une posture qui facilite la reconnaissance, donc à terme, la notoriété de votre entreprise.

Définir et soigner le langage de marque est donc une étape préalable pour établir une communication à valeur humaine ajoutée : expression de qualité, ton et style identifiables, concordant avec les habitudes de votre communauté.

Se démarquer par le discours de marque

De plus, c’est un moyen parfait de se démarquer. À travers le langage, la marque procure une certaine expérience client qui renforce le lien et fidélise. Le marketing de contenu doit privilégier l’authenticité et affirmer un positionnement clair. Alors, la communauté partage, rejoint et s’identifie aux idées ou valeurs véhiculées.

Réfléchissez aux marques qui vous touchent le plus : comment créent-elles le lien affectif, émotionnel ?

Souvent, c’est par le biais des histoires, ou par un style décalé : Le Slip français, Michel & Augustin en sont des exemples.

Promouvoir votre entreprise par un discours cohérent, personnel et durable est facteur de réussite car il permet la réassurance auprès de votre communauté. Vous créez une relation durable favorable au comportement d’achat.

Augmenter l’engagement via les réseaux sociaux

Augmenter l’engagement via les réseaux sociaux

Grâce à mes expériences de webinaire, je prends du recul sur l’optimisation des événements en termes d’engagement via les réseaux sociaux. Je privilégie 2 canaux : LinkedIn et Facebook.

L’engagement sur les réseaux sociaux doit être mesurable

L’avantage d’un événement est que l’engagement est évident : il se mesure au taux de réponse, d’inscription et de participation réelle. La viralité organique de l’événement joue un rôle prépondérant, ainsi que le ciblage de la publicité payante. N’étant pas une experte en la matière, je mise sur d’autres atouts.

Je me pose toujours plusieurs questions :

  • La présentation de l’événement est-elle attrayante ? Les posts et la page de capture sont-ils conçus pour susciter l’intérêt, retenir l’attention, éveiller la curiosité et stimuler le désir d’en savoir plus ?
  • Les informations sont-elles exhaustives ? Les modalités sont-elles bien explicites ? La catégorie de l’événement est-elle adéquate ?
  • L’animation est-elle variée ? Comment faire « vivre » l’événement avant qu’il ait lieu pour inciter l’audience à participer : posts réguliers, sondage, vidéos… ?
  • La promotion est-elle suffisante ? L’événement a-t-il une bonne visibilité : affichage, partage… ? Comment optimiser la campagne de publicité ?

Tous ces axes d’amélioration permettent de favoriser l’engagement et d’élargir la communauté. En fonction des résultats obtenus, je sais que je peux affiner un ou plusieurs de ces critères.

La pertinence de l’engagement via les réseaux sociaux

Un des enjeux, au-delà du succès de l’événement en lui-même, est de fédérer une communauté qualifiée. Ce qui importe est de nouer une relation forte avec son audience, qui adhère aux valeurs et répond favorablement aux propositions. Que ce soit des clients potentiels ou des relais d’opinion, tout l’intérêt et la pertinence des réseaux sociaux est de créer de la valeur humaine ajoutée, nourrie d’interactions constructives, enrichissantes.

De ce point de vue, chaque action n’est qu’une goutte d’eau qui alimente le flux. Dans ce domaine encore, penser en termes de stratégie éditoriale est important. La fréquence, la cohérence et la pertinence restent les règles d’or pour une communication engageante performante.

Pour illustrer mon propos, je vous propose donc de partager et de commenter cet article sur LinkedIn ou sur Facebook 😉